L'esprit français






 

La France est un pays étrange où tout semble possible, même l’utilisation d’un somnifère à « usage unique ». Lundi 10 janvier, la Haute Autorité de Santé a recommandé que les médecins généralistes puissent désormais prescrire (et utiliser) du MIDAZOLAM, un médicament jusqu’ici réservé à un usage hospitalier, permettant d’endormir (sédation profonde) jusqu’au décès des patients en fin de vie. En France il existe un fort courant de pensée en faveur du droit de mourir dans la dignité et certains souhaitent même que l’on abrège des existences comme cela a été le cas lors de l’affaire Vincent LAMBERT. Ceci étant, le fait que la Haute Autorité de Santé donne son feu vert aux généralistes pour qu’ils puissent administrer à des patients consultés à leur domicile ou en EHPAD un somnifère qui endort jusqu’au décès a tout de même quelque chose d’inquiétant. En effet, même si la décision devra être collégiale (en lien avec un service de soins palliatifs), ne concerner que des personnes en fin de vie et souffrant de douleurs importantes, il est évident que ce médicament va considérablement accélérer la fin de vie des personnes auxquelles il sera administré. Et même si cette action est présentée comme étant un nouveau droit, le droit de dormir profondément jusqu’à la mort, il est à souhaiter que les personnes qui s’endormiront jusqu’au décès auront pu donner leur accord et que le généraliste ne se hâtera pas trop pour administrer son sédatif et ceci même si ça lui permettra sans doute d’alléger son emploi du temps puisqu’il n’aura plus à revenir X fois au domicile de son patient, comme il le faisait jusqu’à présent, puisque celui-ci, une fois le MIDAZOLAM injecté, dormira profondément jusqu’à la mort.

 

Février 2020